Les Echos!

Publié le par Adrien

Après Rueil TV, BFM, Chef d’entreprise Magazine, Repreneur, pour lequel j’ai rédigé dernièrement une double page sur le thème « des Impacts du Développement Durable sur la reprise » dans celui du premier trimestre 2008, voilà que je suis contacté par les Echos !

Passionné d’écriture, je rédige volontié des articles (dont certains peuvent d’ailleurs être payant).

Mais là, la demande est différente. Je n’ai pas immédiatement tilté. Repéré par mon article dans Repreneur justement, on me propose pour une sortie prochaine avec un dossier sur la thématique du développement durable un « Publireportage ».

Ne sachant pas ce que c’est, je questionne, et figurez-vous, qu’en fait, c’est une forme de reportage à objectif publicitaire. Et pour ça, il faut payer.
Histoire d’en détendre plus d’un, « l’entrée de gamme » si l’on peut appeler ça comme ça, soit le plus petit encart : 1/8ème de page tourne autour de 5 000 euros HT !

Alors bien sûr, je suis très honoré d’avoir été contacté par les Echos, preuve de professionnalisme et de qualité. Je ne suis cependant pas certain d'être prêt à débourser plusieurs milliers d’euros pour faire parler de moi.

Vous allez me dire que le coût dépend avant tout des retours possibles et donc du ROI. Certes.
Et si, encore pour quelque temps, ma stratégie de communication était à l’image de l’approche humaine que je me fais de mon métier.
Et si tout simplement, j’optais pour une communication de fond, au travers de laquelle mes clients actuels et futurs se reconnaissaient.

Alors bonne ou mauvaise stratégie ?

Il est clair, que la prospection « type », comme le phoning ou le publipostage ne convient ni à moi en tant que personne, ni à mon activité. La démarche commerciale passe par une autre stratégie, plus longue, plus profonde, plus personnelles aussi, mais bien moins coûteuse et tellement plus valorisante.

Et l’efficacité dans tout ça ?

Et bien justement, ma stratégie, plus longue, fonctionne déjà au regard des médias qui utilisent l’outil internet et relayent l’information la faisant arriver jusqu'à ma cible. La preuve.
En revanche, je dois reconnaître, que ne touchant pas directement ma cible, par ces biais de communications, les retombées sont plus longues.

L’occasion aurait pue être celle-ci ! À 5 000 HT euros quand même !

Alors, le temps, c’est de l’argent, et l’argent fait gagner du temps. Et quand on est au centre de tout ça, on fait quoi ?

Publié dans Au Quotidien

Commenter cet article