Le paradoxe révélateur...

Publié le par Adrien

masdar1.jpg
Abu Dhabi, ville et émirat des Emirats Arabes Unis, est aussi l’un des plus gros fond d’investissements au monde.

Richesse en grande partie due à leur réserve de pétrole, le pays vient d’annoncer le lancement de la construction de la première ville entièrement écolo, Masdar, fonctionnant uniquement avec des énergies vertes.

Bien sur le projet est pharaonique, un investissement de 15 milliards de dollars, et un objectifs de 50 000 habitants en 2015.(fin des travaux prévus pour 20013)
Première ville au monde sans émission de carbone, sans déchets, ni voitures !

Soutenu par WWF, ce projet absolument hallucinant entre en totale contradiction avec la principale source de revenus du pays : le pétrole.

Et c’est en ça qu’il est très intéressant de se pencher dessus.

L’objectif avoué d’Abu Dhabi est de diversifier l’économie et de rasembler, hommes d’affaires, ecologistes, entreprises vertes… Preuve que l’environnement et le développement durable n’est pas qu’une histoire de marketing, une mode éphémère aux enjeux utopiques.

Entre énergie solaire photovoltaique, héolienne, géotermie…Masdar sera la première ville au monde à rasssembler autant de « green tech » et à en user.
Je trouve l’initiative facsinante.

Anticipation de rigueur pour Abu Dhabi au regard de la concurrence internationale (la Chine travaillant aussi sur le même type de projet vise quant à elle 50 000 personnes à 2010) et de l’état de l’or noir sur le plan mondial.

Un voyage semble s’imposer dans ce qui pourrait bien devenir l’un des « cœur » mondial du développement durable.

Publié dans Développement Durable

Commenter cet article

Plouviez 15/02/2008 15:43

Bonjour,et merci de votre message : je n'en demandais pas tant.Ne vous méprenez pas sur mon message précédent : je suis tout à fait convaincu de ce que vous dites.Toutefois, Christian Gerondeau pose également de vraies questions.Je sais parfaitement qu'il est président de l'ACF. Je me doute bien qu'il n'est pas parfaitement objectif.On peut malgré tout supposer aussi que concernant les véhicules de transport, il connait assez bien son sujet.Mais ne parlons pas de lui ni de son livre, tant que vous ne l'avez pas lu : vraiment, je vous le recommande. Je n'adhère pas à la totalité de ce qu'il dit, mais j'insiste, je trouve qu'il pose de bonnes questions.Vous parlez d'éoliennes ou d'énergies solaires. Mais pour moi, et ce avant que ne lise le livre, le problème ne vient pas de leur fabrication, ni même du fait que c'est une écologie qui défigure vite le paysage... En revanche, que se passe-t-il lorsque le vent ne souffle pas et que le soleil ne brille pas ? La vérité, et ce n'est pas seulement Gérondeau qui le dit, c'est qu'on bascule sur des centrales thermiques classiques... qui produissent des montagnes de CO2... Ben oui, on ne va pas construire une centrale nucléaire en appui d'une éolienne, quand même ??Et justement ! pourquoi cette folie des énergies dites renouvelables, alors qu'on sait parfaitement depuis longtemps que l'énergie d'origine nucléaire ne pollue quasiment pas ?De plus, pourquoi s'acharner à dépenser des monceaux d'argent dans nos pays finalement peu polluants, quand cet argent serait beaucoup mieux à profit dans des pays moins développés ? Car on le sait, et ce n'est toujours ni moi ni Gérondeau qui le disons, la majeure partie - et de loin - des émissions polluantes ne viennent pas de France ni même d'Europe, mais de Chine, d'Inde, d'Afrique... et des Etats Unis...Bref, si je pense qu'il a un peu une position ayathollesque, je souscrit au ton gobal de son discours : on se donne bonne conscience en faisant des économies de bout de chandelle en matière de CO2 notamment, et ça coûte des fortunes qui seraient mieux utilisées ailleurs.Vraiment, lisez ce livre, tout en restant critique, bien sûr : je ne cherche à convertir personne, mais juste à poser de bonnes questions, des questions constructives pour la planète.En toute amitié,al1