Bonne Taulée...

Publié le par Adrien

Pour la faire courte, j’ai été contacté dernièrement par une société de télécommunication pour une mission qui n’a rien à voir avec mon cœur de métier et le développement durable.
Intrigué par cette démarche, je me suis penché sur la question. Le dossier un temps soit peu technique est tout à fait abordable. Alors pourquoi pas.

Je joue donc le jeu, et travail sur une proposition.
Seulement je n’ai que peu d’informations, et n’ai absolument aucune idée des honoraires pratiqués dans ce genre de mission. Pareil pour la durée de la mission. N’en n’ayant jamais fait, je ne me rends pas compte de combien de temps cela va me prendre.

Après être allé à la pêche aux infos, j’estime à 3 mois la durée de la mission et la « budgette ».

J’envoie mon mail et reprends contacte la semaine d’après :  « oui, justement nous souhaiterions vous rencontrer. Votre proposition n’est pas assez détaillée. » Normal, disposant de peu d’infos, j’ai fait quelque chose de général.

Je me rends donc à l’entretien, et là, on m’explique que mon estimation en temps est trop légère. La mission est d’au moins 6 mois au regard de leur expérience. Je réalise alors que ma budgétisation est ridicule.
Ils ont dû croire à une blague. Même moi aujourd’hui en regardant ça, je ne comprends pas comment j’ai pu budgetter si peu  !!!

Enfin, toujours est-il qu’ils m’ont proposé de retravailler dessus et de leur refaire une nouvelle proposition.

Bonne taulée sur cette proposition, qui face aux autres consultants interrogés devait être ridicule.
Ils ont dû bien se marrer en la lisant.
Enfin ils ont été sympas, ils m’ont donné une seconde chance !

En revanche, ma seconde proposition sera bien plus détaillée, et bien plus proche de la réalité temporelle et financière.

Affaire à suivre…

Publié dans Au Quotidien

Commenter cet article

catherinebattesti 25/09/2007 17:05

Bon, fausse manoeuvre, je reprends. Re-bonjour Adrien.Je ne suis pas étonnée de votre mésaventure car dans notre pays, la notion d'argent est tabou, et celle de la "richessse" encore plus, même si ladite richesse est fort raisonnable.Je pense surtout que notre culture judéo-chrétienne nous culpabilise par trop et dès qu'il est question de demander de l'argent pour notre travail, nous culpabilisons tant que nous finissons par nier notre propre valeur !En fait, ce qui vous est arrivé est un message de la Vie :OSEZ PRENDRE CONSIENCE DE VOTRE VALEUR et donc osez la faire rémunérer comme il se doit.Du coup, vous verrez que vous attirerez à vous des patrons, des collaborateurs, des amis, et contrats aussi, qui comme vous, reconnaitrons vos qualités et votre compétence.La clientèle se triera d'elle-même. C'est un phénomène très étonnant, mais les gens sentent presque "télépathiquement" s'ils peuvent se permettre de marchander par exemple ou pas avec vous, qui est une autre façon de nous culpabiliser sur nos tarifs même s'ils sont très raisonnables. Et en conclusion, quoi ? Eh bien, ou bien les gens seront offusqués par vos prix et partiront en courant : tant mieux, vous ne perdrez rien, mais eux si !Ou bien, ils considèreront que vos tarifs n'expriment pas vos qualités.Conclusion, posez-vous la question de fond que je me suis posée moi-même il y a des années : combien je vaux dans mon travail.Et osez ensuite vous affirmer.Je vous souhaite plein de bonnes choses, beaucoup de contrats bien payés et de réussite.Catherine Battesti. (tumulteplus.blogspot.com)

Adrien 25/09/2007 19:09

Catherine> Merci pour vos conseils. Très bien votre blog.

babozor 22/09/2007 03:29

Ouais en même temps avec des informations partielles, c'est normal que ton évaluation soit pas bonne... quand on donne pas les bonnes infos, ah les vilains!

Adrien 23/09/2007 12:58

Babozor> Pas faux!