S’associer…ou pas !

Publié le par Adrien

En voilà une question qu’elle est bonne !
Et comme je me la pose en ce moment, je vous en fais part.

S’associer pour le pire et aussi pour le meilleur. Dans la durée, en vue d’une réussite commune…
De bonnes choses en perspective…

Sauf qu’au démarrage de ma structure, je n’ai trouvé personne. (Peut-être pas assez cherché non plus). Toujours est-il qu’aujourd’hui, je ressens l’utilité, ou le manque d’un associé.

Ne serait-ce que dans les décisions à prendre. Celles-ci sont de plus en plus complexes, délicates et risquées. Seul, c’est pas simple.
Et puis il y a la complémentarité. Arrive un stade où l’on ne peut pas tout faire tout seul. Pas suffisamment de temps, pas forcément les compétences, et puis pas 36 bras non plus…

Au début, je craignais les conflits humains, et les désaccords pour des histoires d’argent. Il n’est pas non plus facile de trouver quelqu’un de sérieux, prêt à s’engager dans une aventure comme celle-ci à 23/24 ans…

Avec du recul, j’y repenserais surement à deux fois en intégrant au moins un associé. Ça permet d’échanger, de mettre en commun ses idées, de gérer à deux les galères, de se répartir les charges de travail, mais aussi de partager les joies. Et ça c’est important. Parce que entreprendre, c’est avant tout une histoire d’Homme, et vivre, partager à plusieurs des réussites collectives, ça c’est vraiment top !

Je suis aujourd’hui convaincu que c’est un atout considérable. Deux, c'est une autre dimension. Et puis on est toujours plus fort à plusieurs que tout seul. C’est bien connu…

Donc une personne supplémentaire impliquée ne serait pas une mauvaise idée…
Alors trop tard pour en trouver une ? Non, je ne pense pas, mais plus compliqué !

C’est pourquoi cette question doit être mûrement réfléchie dès la création, que les associés soient ensemble dès l’ébauche du business plan (c’est un bon exercice-test pour l’avenir)
Qu'ils confrontent leurs idées et leurs experiences. Qu'ils se rencontrent ensemble des difficultés, et qu’ils vivent aussi ensemble les réussites.
Le démarrage est très fédérateur, et les liens noués durant cette période sont un plus pour un duo d’associés par rapport à un duo fait en deux temps.

Une fois que l’entreprise est créée et qu’elle tourne, c’est tout à fait possible, mais ça devient plus complexe…

Publié dans Création d'Entreprise

Commenter cet article

catherinebattesti 14/09/2007 12:18

Moi qui travaille en collaboration avec mon éditrice au sein de sa société, je vous conseille vivement, si vous décidez de vous associer de déterminer de manière draconnière les devoirs, obligations et surtout attributions au sein de l'entreprise de chacun.cela peut paraitre évident, mais il faut tout écrire, vraiment tout, le "plus tout" qu'il est possible de penser au moment de l'association.Tout va bien avec mon éditrice car c'est aussi ma meilleure amie depuis bien plus longtemps que la création de la société qui est née en janvier 2007 seulement.Mais, nous en avons parlé. Il faut prévoir dès le début del'association la sortie possible, le retrait "'de l'autre", et imaginez le pire : que se passe-t-il en cas de décès, de maladie grave, de blocage, restez majoritaire, ne vous mettez jamais à égalité totale avec lui style 50/50. Vous êtes le fondateur, demeurez majoritaire et surtout regardez la vie fiancière de la personne : quel est son comportement avec l'argent ? Croyez-moi, c'est très révélateur et cela vous évitera surement bien des soucis. Mais enfin, vous m'avez l'air la tête bien sur les épaules, donc, je ne m'inquiète pas pour vos choix à venir.Bonne chance. Je vous souhaite tout le meilleur.catherine Battesti.

Adrien 15/09/2007 15:00

Catherine> Merci pour vos conseils.