Le Tabou de l'Argent en France...

Publié le par Adrien

500euro.jpgSans comparatif immédiat avec les Etats-Unis, je m’interroge sur le problème du tabou de l’argent en France.
Les gens qui gagnent beaucoup d’argent n’apprécient pas particulièrement que ça se sache.
Non pas que je souhaite que soit crié sur le toit que Monsieur Tartenpion paye 50 000 euros d’ISF, encore que…

Si en Angleterre ou aux USA, il y a 10 voir 100 fois plus de Business Angels qu’en France, ce n’est pas pour rien…
Les « riches » n’ont aucun complexe et n’ont pas honte de s’afficher…

Excepté les salaires des 10 plus grosses fortunes et de certains joueurs de foot qui apparaissent régulièrement dans les journaux, l’argent reste un sujet tabou dans notre cher pays.

Lorsqu’on voit la loi de Finance et ses dispositions qui s’appliqueront sur l'ISF payé en 2008 comprenant des opportunités de déduction fiscale pour les personnes soumis à l’ISF, (en savoir plus sur cette loi) se pose la question toute bête de qui sera intéressé par cette possibilité?
C’est une bonne idée de déduire fiscalement l’investissement dans une PME d’un contribuable soumis à l’ISF.
Sauf, que sera dévoilé au grand jour qu’il paye l’ISF, donc acceptera t-il de jouer le jeu ?
Ou plutôt est ce que cette loi d’incitation à l’investissement dans nos PME sera t-elle suivie par les  personnes concernées?

Je me fais un peu avocat du diable, mais ça ne m’étonnerait pas que beaucoup préfèrent payer 30 000 euros d’ISF et que personne ne le sache, plutôt que d’en injecter 15 000 ou 20 000 dans une PME et que tout le monde soit au courant…

Si une liste des personnes payant l’ISF à hauteur d’une certaine somme bien sûre (pas ceux qui payent 3 000 euros à cause de leur maison qui a doublé en 5 ans) était établie, nous aurions non seulement une base de donnée conséquente ainsi qu’un soutien fiscal de l’état au travers de cette loi pour sensibiliser/motiver ses grandes fortunes à investir dans les PME.

Il y a en France de plus en plus de gens qui gagnent très bien leur vie. Et l’initiative du gouvernement en faveur des PME via cette déduction fiscale me semble judicieuse.
Seulement je crains que le rapport du français à l’argent limite l’étendue de cette loi et de fait ses opportunités…

Publié dans Au Quotidien

Commenter cet article

Silver in Paris 18/12/2007 16:49

Oui c'est vrai que c'est très étonnant ce comportement...Mais je ne vois pas d'ou ca peut venir.Ici on dit tout le temps qu'il fau partager, et d'ailleurs on le fait car le système de répartition qu'on a dans notre pays est incroyable... et cher!

JC 05/09/2007 13:42

Je ne sais pas d'où vient cette "pudeur" vis à vis de l'argent. Je constate simplement qe tout le monde l'a. Il est rare de répondre à la question "Combien gagnes-tu ?" surtout d'ailleurs sur un blog ;-)Quand à l'investissement donnant droit à une réduction d'ISF, pourquoi en déduis-tu que celui qui exerce cette possibilité voit sa situation relative à l'ISF révélée ?

Adrien 05/09/2007 14:01

JC> Et bien parce qu'il faut qu'il y ai rencontre entre investisseurs et entreprises. Donc à un moment ou à un autre il devra faire etat de son capital. Pas dans le détail certes, mais cela demande un minimum de transparence.Personnelement, je serais enchanté que cette mesure marche à grande échelle.Cela ferait considéravblement augmenter le nombre d'investisseurs en France.Mais Comme le dit Arnaud dans son commentaire, cela ne m'étonnerait pas que beaucoup passent par leur banque pour des raisons de "pudeur" c'est exactement le mot. Laissant sur le bas côté nombre de petites strucutres éligibles, mais peu connues...Je crois vraiment qu'il doit y avoir une relation entre investisseur et entreprise et pas uniquement un lien financier au travers d'une banque...

Arnaud 05/09/2007 12:50

Salut,Le raisonnement est faux car il semblerait que ces investissements puissent se faire à travers des fonds (FIP) donc avec son banquier comme contact. Quand on paye l'ISF généralement le banquier est au courant (il a une vue sur le patrimoine de son client) mais ce n'est pas affiché sur la place publique.

Adrien 05/09/2007 13:47

Arnaud> Pour l'invesstissement via Fond d'Investissement de Proximité, tu as raison. Tout ce fait de manière "discrète". Mais faut-il déjà faire partie en temps qu'entreprise de ces FIP pour bénéficier de ces investissements.Au passage, cela fait des années qu'il existe des Fond d'investissement pour entreprises innovantes (FCPI), donnant droit à des réductions fiscales.(produits bancaire qui marchent moyennement bien)Là, la problèmatique est autre.Lorsque tu es une petite entreprise de 1 à 10 ou 15 salariés et que tu ne fais pas partis d'un FIP, tu fais comment?L'idée est bien sur d'amener de riches contribuables à injecter de l'argent dans les entreprises, mais pas n'importes lesquelles(où plutôt pas toujours les mêmes). Celle de moins de 250 salariés.Le fond de ce projet c'est de facilité le rapprochement entre investisseurs de proximioté et les petites ou moyennes entreprises qui ont du mal à trouver des financements, pas juste une simple réduction fiscale comme dans un invesstissement immobilier.Par exemple au démarrage de ton activité, tu constates que dans ta ville il y 10 personnes qui payent l'ISF, tu vas pouvoir les contacter et voir avec eux en direct.Dans le financement d'entreprises il y a plusieurs étapes, et celle à laquelle il manque franchement de partenaires en France, c'est "l'amorcage", le début de l'activité. C'est à ce moment là que doivent intervenir ces investisseurs. et de manière générale on ne fait pas partis d'un FIP en 6 mois d'activité.Investir dans une TPE/PME via sa banque n'est pas du tout la même chose que de se rapprocher d'un entrepreneur ou d'une entreprise comme le fond les Business Angels où certains investisseurs indépendant qui souhaitent encourager l'entreprenariat.PS: Je me positionne en tant qu'entrepreneur, et non en tant qu'invesstisseur à la recherche d'un produit de défiscalisation.